Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : de la GUITARE en Pays d'AIX
  • de la GUITARE en Pays d'AIX
  • : le journal des activités de l'association pour le rayonnement de la GUITARE "AGUIRA"
  • Contact

Nos partenaires

logo guitarreria

 

 

logo Lambesc

 

logo CG       logo caisse d'Epargne           logo web icone  logo entreprise St Canna La pile azalee         Logo Agora OKLOGO GClassique       

Recherche

le mot du Président

         Charles BALDUZZI Président d'AGUIRA copie 

 

Charles BALDUZZI Président d'AGUIRA

 

 

 

21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 09:12

 

Retour sur la 13e édition du Festival international de guitare de Lambesc

Des nombres porte-bonheur

• 30 juin 2013⇒6 juillet 2013 •

Bonheur d’un lieu délicieux, le château Pontet-Bagatelle, plaisir d’entendre des artistes qui interprètent, mais aussi créent selon leur sensibilité propre, voilà ce que sait offrir le Festival international de guitare de Lambesc par l’association Aguira et ce pour la 13e édition.

Le public fidèle a pu ainsi applaudir les 50 ans de carrière de Jorge Cardoso, le directeur artistique du festival et des guitaristes du monde entier. On a pu remarquer ainsi le jeu très précis et intérieur de Ryszard Balausko (Pologne) sur Villalobos ou Antonio Ruiz Pipo, celui passionné de Jose Luis Ruiz del Puerto (Espagne) sur des pièces de Torroba ou La Mort inquiétante de Marco Tomas. Révélation : le jeune musicien Eren Süalp (Turquie) avec des pièces de Bayraktar ou ses créations comme le délicat Raindrops.

Enfin, magique, Paco Ibañez. Hommage bouleversant à Moustaki avec En Méditerranée, et «ses pays oubliés que la guerre moissonne», à Brassens, «le Bach de la chanson française», à la Provence avec André Peyron. Paco Ibañez rappelle que «la terre a besoin que l’on prenne soin d’elle», lance ses foudres sur l’espionnage américain, s’insurge sur l’omniprésence de l’anglais qui fait disparaître toutes les autres langues, se réfère à La pensée unique de Claude Hagège, rappelle la beauté unique de chaque langue… En bis, il offre à un public debout Andaluces de Jaen. On sort plus riche, animés par la force enthousiaste et humaniste de ce grand compositeur interprète.

MARYVONNE COLOMBANI

Juillet 2013

http://www.journalzibeline.fr/critique/des-nombres-porte-bonheur/

Partager cet article

Repost 0

commentaires